Le téléphone mobile pour enfants continue de faire polémique. Les associations de défense de l'environnement Agir pour l'environnement et P.R.I.A.R.Té.M. [Pour une réglementation des implantations d'antennes relais de téléphonie mobile], qui s'étaient insurgées à la mi-décembre contre la mise en vente d'un appareil pour les tout petits, ont menacé jeudi 3 janvier de "porter l'affaire sur le terrain judiciaire, faute d'engagements politiques forts en faveur d'une réglementation interdisant la commercialisation des portables" pour les plus jeunes

Le ministère de la santé a publié mercredi un communiqué appelant les parents à la "prudence" dans l'achat et l'usage de téléphones mobiles pour les enfants, ces derniers étant "plus sensibles [au rayonnement électromagnétique] étant donné que leur organisme est en cours de développement".

L'administration précise qu'"aucune preuve scientifique ne permet de démontrer aujourd'hui que l'utilisation des téléphones mobiles présente un risque notable pour la santé", mais que "plusieurs études scientifiques (...) mettent en évidence la possibilité d'un risque faible d'effet sanitaire après utilisation intense et de longue durée (plus de dix ans) des téléphones mobiles". L'hypothèse "ne pouvant être complètement exclue, une approche de précaution est justifiée", estime le ministère.

"Telle la cavalerie arrivant après la bataille, la ministre de la santé intervient à contretemps, incitant les parents à ne pas acheter certains types de cadeaux de Noël après Noël, s'agacent les associations, qui pointent une communication particulièrement floue posant le problème du risque tout en ne retenant aucune mesure coercitive."

Au cours des trois dernières années, la commercialisation de deux appareils ciblant les tout petits avaient déjà été interrompue par les distributeurs sous la pression des associations. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) s'est engagée à réaliser une synthèse de l'ensemble des résultats des études scientifiques.

Le mois dernier, le conseil scientifique de la Fondation santé et radiofréquences – à laquelle participent des constructeurs et opérateurs de téléphonie mobile – avait invité à la prudence dans l'usage des téléphones portables par les jeunes enfants. La Fondation conseillait aux parents "qui décideraient de confier un téléphone portable à leur enfant de veiller